Financer sa retraite avec l'immobilier

Préparer sa place au soleil.

 

De nos jours, il est de plus en plus important de penser à bien préparer sa retraite. En effet, financer sa retraite de manière classique (par répartition) a du plomb dans l’aile. Et comme dans beaucoup de domaines désormais, il faut compter sur soi même pour assurer ces vieux jours.

Pour s’en convaincre je vous invite à consulter ici le rapport annuel de juin 2017 du “COR” Conseil d’Orientation des Retraites 

Certes, il y a d’autres façons de placer son argent, en espérant le faire fructifier, en vue de devenir un retraité suffisamment à l’aise financièrement. La bourse, les assurances-vie, l’épargne sont aussi des possibilités pour préparer ce moment. Mais vous allez comprendre que ce n’est pas, selon moi, le meilleur calcul.

Vous le savez, pour moi, investir dans la pierre reste LA solution à privilégier. C’est pourquoi à la fin de cet article, je vais vous expliquer comment je m’y prends pour faire de mes investissements immobiliers une assurance retraite imparable.

Financer sa retraite…comme tout le monde

La retraite par répartition vous connaissez ? C’est le système classique, financé par les salariés ou les entrepreneurs (via le RSI). A l’époque où on invente cette caisse de retraite, 8 actifs cotisent pour 1 retraité… Incroyable ! C’est l’époque de nos parents (ou grands parents pour les plus jeunes de mes lecteurs).

Qu’il est loin le bon temps où on travaillait 37 ans et demi dans la même boite et où on s’assurait une retraite décente grâce à la solidarité nationale ! Ce temps est révolu, c’est malheureux mais c’est comme ça, car on ne compte désormais que 3 actifs pour 1 retraité. Et l’âge de la retraite est repoussé de plus en plus tard…

Aujourd’hui, on peut espérer être retraité à quel âge ? 70 ans ?

Les fausses bonnes solutions pour financer votre retraite

Vous êtes conscient qu’on ne peut plus compter (que) sur ce modèle classique pour financer sa retraite ?

Ok vous avez raison. Vous partez donc en quête d’autres astuces en espérant qu’elles soient viables.

Voilà ce que j’en pense.

Financer sa retraite via l’épargne

Là, on est sur une solution « à la papa ». Je veux dire par là que cette vision des choses est celle de nos anciens mais qu’adaptée au système actuel, elle n’est plus viable. Qu’on se le dise, de nos jours, l’épargne ne vaut plus rien !

Quelques exemples :

  • Le plan d’épargne logement « rapporte » 1%
  • Le livret A « rapporte » 0.75%
  • Le livret épargne populaire, 1,25%

 C’est simple, si vous optez pour l’épargne pour financer votre retraite c’est soit vous déposez une énorme somme (que vous n’avez pas) tout de suite soit vous espérez finir plus que centenaire ! Vous l’aurez compris, pour moi, c’est une mauvaise solution.

Financer sa retraite en investissant en bourse

Ici on pourrait croire qu’on a une solution presque magique pour faire des bénéfices, engranger des dividendes et devenir un retraité plein aux as ! Je vous arrête tout de suite et vous recommande de vous méfier.

En effet, investir en bourse est loin d’être anodin. La bourse pour financer sa retraite cela induit plusieurs choses :

  • La bourse est complexe. On ne s’y aventure qu’à condition de s’y connaître un minimum. Et encore ! Ce n’est donc pas donné à tout le monde.
  • La bourse est très fluctuante. Certains investissements boursiers ressemblent à une partie de pile ou face. On peut tout perdre du jour au lendemain.
  • Pour investir en bourse, vous devez investir votre argent. Si vous avez de l’épargne vous mettez en bourse votre capital si durement gagné.

Bref, je pourrais continuer comme ça longtemps mais vous l’avez compris : pour moi l’investissement boursier pour financer sa retraite n’est pas une solution.

Financer sa retraite avec les assurances-vie :

Une dernière solution que certains envisagent pour financer leur retraite : les assurances vie. Pour moi ce n’est pas une solution viable non plus. Pourquoi ? Car les assurances-vie c’est d’abord un permis laissé à la banque de jouer avec votre argent. Rien ne dit qu’elle n’y perde pas votre investissement. En plus, vous ne récupérez votre argent qu’à échéance du contrat ou pire…à votre mort. Bref, vous ne disposez pas de votre argent comme vous le souhaitez.

Enfin, sachez que les sommes que vous allez verser à des assurances-vie sont semblables à des mensualités de crédits immobiliers. La différence c’est que dans l’immobilier vous avez quelque chose de palpable !

Pour financer ma retraite j’ai choisi l’immobilier

Voilà mon plan pour ma retraite : non seulement j’ai travaillé toute ma vie comme salarié et j’espère (je croise les doigts ^^) bénéficier d’une retraite issue de la caisse par répartition. Mais en plus, je possède différents biens immobiliers, dont les loyers seront, une fois les crédits remboursés, des revenus  passifs pour profiter de la vie au moment de la retraite.

J’achète un bien immobilier  pour acheter du réel et ainsi je suis maître de mon investissement.

J’ai une emprise dessus et je peux l’améliorer. Je me tourne vers des logements à rénover, que je peux négocier puis j’effectue les travaux afin d’améliorer leurs équipements et doper la rentabilité. De ce fait je peux louer mes biens à une somme parfois supérieure aux mensualités que je dois rembourser.

Plus je rembourse vite mes crédits et plus les loyers que je reçois seront des revenus net pour ma retraite.

Un investissement immobilier c’est une réserve de cash.

Saviez-vous que le prix de l’immobilier ne cesse d’augmenter depuis un siècle et ce malgré les guerres et les crises ? En achetant un logement ( bien négocié bien sûr), vous êtes sûr de faire une plus value dans les années à venir. Mieux que l’épargne, en investissant dans la pierre, c’est comme si vous mettiez de l’argent de côté. En plus cet argent augmente et le jour où vous en avez besoin, vous pouvez le vendre et récupérer du cash. Tout ça grâce à l’argent de la banque ! et des locataires !

En cas de besoin, pour votre retraite, vos biens immobiliers représentent donc une réserve de cash.

Après moi le déluge ? Certainement pas !

Les loyers que je reçois, une fois le crédit remboursé, sont des revenus éternels. Pourquoi ? Parce que le jour de mon décès, mon patrimoine immobilier est transmit à ma famille et c’est eux qui bénéficieront des loyers comme d’un revenu.

Avec l’immobilier, on finance sa retraite et en plus on assure l’avenir économique de ses enfants.

J’allais oublier, en faisant un emprunt à la banque vous souscrivez à une assurance emprunteur. En cas de décès c’est l’assurance qui rembourse le bien. Une solution de plus pour laisser un patrimoine immobilier à votre famille.

Louer ses logements, c’est voir sa retraite augmenter chaque année !

Comme vous le savez, le prix des loyers est indexé sur l’inflation. Comme cette inflation augmente chaque année, le prix des loyers suit donc la tendance. Certes, ce n’est pas mirobolant mais c’est toujours ça de pris.

Avec ma retraite par répartition, je perds des revenus. Avec l’augmentation des loyers, j’en gagne ! et je lutte sans effort contre l’inflation.

Objectif rentier

Aujourd’hui j’ai choisi la technique du rentier. Je fais de la location courte durée ce qui me permet de dégager du cashflow. Je gagne de l’argent maintenant et pas dans 20 ans. Cliquez ici, je l’explique dans mon article OBJECTIF DEVENIR RENTIER.

Voilà, je vous ai délivré ici pourquoi je finance ma retraite avec l’immobilier et partagé quelques-uns de mes conseils.

N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires et me dire comment vous préparez votre retraite. N’oubliez pas de télécharger mon guide des 7 habitudes de l’abondance financière en cliquant ici.

Continue à lire les autres conseils que vous trouverez sur mon blog en cliquant ici.

La magie d’internet permet d’avoir une bibliothèque dans sa poche. Nourrissez votre esprit  en  écoutant des livres audio dans les transports en commun, en voiture ou en faisant du sport. Vous n’avez plus d’excuses. Prenez en main votre éducation en cliquant ici.

A bientôt, Kader.