Pourquoi souscrire une assurance de prêt immobilier ?

L’assurance de prêt immobilier, aussi appelée assurance emprunteur est une assurance non obligatoire mais tout de même exigée et proposée par les organismes prêteurs et les assureurs spécialisés. Cette assurance sert notamment à garantir le remboursement d’un crédit immobilier à la banque prêteuse contre certains risques (décès, invalidité, incapacité, perte d’emploi) empêchant l’emprunteur de s’acquitter de sa dette. Elle sert également à protéger l’emprunteur lui-même mais aussi ses proches. En effet, sans cette assurance, si un emprunteur vient à décéder, c’est à eux que revient la lourde tâche de rembourser l’emprunt immobilier.

En cas de survenance du risque, l’assurance de prêt se substitue à l’acquéreur et rembourse le capital restant dû du crédit en cas de décès, ou une partie des mensualités pour les autres risques.

Combien coûte une assurance de prêt immobilier ?

Le coût d’une assurance de prêt est assez variable. En effet, il se situe entre 0,15 % et 0,65 % du capital emprunté. Cet écart dépend de plusieurs caractéristiques telles que l’âge de l’emprunteur, le capital emprunté, la durée du remboursement et le caractère fumeur ou non-fumeur de l’emprunteur (plus d’informations sur https://bonne-assurance.com/credit/assurance-de-pret/).

Une assurance emprunteur souscrite auprès d’une banque est souvent bien plus onéreuse que la même assurance (disposant de garanties équivalentes) souscrite auprès d’un assureur alternatif. Cela s’explique notamment par le calcul des mensualités. En effet, les mensualités d’assurance souscrite auprès des organismes prêteurs sont calculés sur le capital emprunté et non sur le capital restant dû. De plus, les offres proposées par les banques (contrat groupe) intègrent des tarifs et garanties mutualisés, donc appliqués à tous types de profil. Cela signifie qu’un homme de 28 ans, non-fumeur et en bonne santé paiera son assurance emprunteur aussi cher qu’un homme de 65 ans, fumeur et ayant quelques soucis de santé.

Quelles sont les garanties d’une assurance de prêt immobilier ?

Les garanties de base exigées par les organismes prêteurs sont :

  • La garantie Décès (DC),
  • La garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA) qui permet le remboursement du capital restant dû si l’assuré se trouve dans l’impossibilité de subvenir à ses besoins et a besoin d’une tierce personne pour réaliser les actes de la vie quotidienne (s’alimenter, se vêtir et se déshabiller, faire sa toilette, se lever, se coucher et s’asseoir).

Selon les cas, l’organisme prêteur peut exiger des garanties complémentaires :

  • La garantie Invalidité Permanente Totale (IPT) permet le remboursement total ou partiel du capital restant dû si l’invalidité de l’emprunteur l’empêche d’exercer une activité rémunératrice,
  • La garantie Incapacité Temporaire de Travail (ITT) permet le remboursement des échéances du crédit si l’emprunteur ne peut pas exercer sa profession de manière temporaire et totale,
  • La garantie Invalidité Permanente Partielle (IPP) permet également le remboursement des mensualités de l’emprunt si l’acquéreur présente un taux d’invalidité compris entre 33 % et 66 %,
  • La garantie Perte d’Emploi (PE).

Pourquoi choisir de déléguer son assurance de prêt ?

 Comme évoqué précédemment, la délégation d’assurance permet de réaliser de nombreuses économies. En effet, l’assurance de prêt souscrite auprès d’un organisme alternatif est souvent bien moins chère car les contrats individuels sont très souvent sur-mesure, c’est-à-dire adaptés à chaque profil.

La délégation d’assurance de prêt n’a pas toujours été possible. Avant la mise en place de la loi Lagarde en 2010, il était impossible pour un emprunteur de souscrire son assurance de prêt auprès d’un organisme autre que la banque prêteuse. En 2014, la loi Hamon a permis aux emprunteurs ayant souscrit leur assurance auprès de leur banque de pouvoir en changer, mais uniquement au cours de la première année de souscription.

Cependant aujourd’hui, encore 85% des assurances de prêt sont souscrites auprès des banques, une situation qui devrait s’améliorer grâce à l’amendement Bourquin, validé le 12 janvier 2018, qui autorise la substitution de l’assurance emprunteur chaque année, à date anniversaire du contrat.

Je vous invite à lire mon article  ADIEU SALARIAT ET LES PETITS TRACAS, BIENVENUE À LA RENTE IMMOBILIÈRE